La société offshore, est-ce vraiment le paradis ?

Publié dans Actualité

  L’offshore a fait beaucoup couler d’encre, est-ce vraiment légale ? La démarche vaut-elle réellement la peine ?

iCONSULTANTS a réalisé pour vous un bilan de la situation.

 

« Le terme offshore est utilisé pour désigner la création d'une entité juridique dans un autre pays que celui où se déroule l'activité, afin d'optimiser la fiscalité (paradis fiscal) ou la gestion financière des capitaux. L'entité juridique en question est alors qualifiée de non-résidente, puisqu'elle n'exerce aucune activité de production ou de service dans le pays où elle est enregistrée. À ce titre, cette pratique se distingue de la délocalisation, qui concerne généralement un transfert d'activités et d'emplois »

« Une société extraterritoriale, ou société offshore, est une société exempte d'impôt qui n'est pas autorisée à s'engager dans des affaires dans la juridiction de constitution, selon la définition proposée par l'Organisation de coopération et de développement économiques. »

Les atouts

  • Trouver des compétences dont on ne dispose pas sur place.
  • Moyen d'abaisser les coûts de 30 à 60 % : Les coûts d’exploitation d’une société offshore sont bien minimes par rapport à ceux d’une société onshore.
  • Permet de se recentrer sur son activité principale
  • Amélioration de la productivité.
  • Encourage une meilleure mise à plat du système informatique.
  • Avoir plus de simplicité : les procédures sont souples, car la plupart des juridictions offshores facilitent grandement la création et l’exploitation des sociétés offshores sur leur territoire. Et ce, avec des exigences de reddition des comptes bien moindres que celles des juridictions onshores. De plus, l’adaptation plus facile en cas de montée en charge ou de baisse d'activité. 

Les inconvénients

En France, la création d’une société offshore n’apporte pas d’avantage fiscal réel, que si les bénéfices de cette société sont rapatriés en France de manière illégale, sans être déclarés. En effet, faire revenir la trésorerie d’une société offshore en France exige logiquement de déclarer le montant des dividendes versés par la société offshore, correspondant à un revenu imposé comme tout dividende perçu d’une société étrangère. Ainsi, faire revenir « illégalement » les bénéfices d’une société offshore est une opération fiscalement risquée.

  • Des sociétés offshores pourraient être limitées dans leurs activités, en raison des restrictions imposées par certaines juridictions offshores.
  • Une société offshore peut bénéficier de confidentialité et d’anonymat. Il est ainsi plus difficile de s’octroyer de l’aide financière de partenaires financiers potentiels ou d’investisseurs. Il en est de même pour la confiance de ses clients.
  • Perte de contrôle de l'activité : il y a un risque de délais non respectés, de défaillance de la qualité. Cela peut amener à une atteinte à l’image de l’entreprise si le travail est mal ou pas fait.
  • Si l'opération est complexe, elle risque d'absorber trop d'énergie par rapport à l'activité principale.
  • Problèmes interculturels et différences linguistiques.

Ainsi, les entreprises telles qu’iCONSULTANTS, qui peuvent se vanter d’être 100% présentes en France, vous garantissent un service de qualité et une entité transparente.

 

http://offshore-societe.net/avantage-et-inconvenient-societe-offshore/

http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/budget-financement/les-avantages-et-inconvenients-de-ces-delocalisations_1520263.html

http://www.paradisfiscaux20.com/societes-offshore.htm

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/06/15/offshore-leaks-la-base-de-donnees-ouverte-au-public_3430675_3234.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/17/la-france-envisage-la-mise-en-place-d-un-dispositif-de-regularisation-fiscale_3290016_3234.html

http://lafinanceoffshore.blogspot.fr/2009_08_01_archive.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Offshore